mardi 13 octobre 2015

Un moment de partage au centre de rétention

Billet de blog par Sandrine Gashonga, membre d’Amnesty International Luxembourg

Début octobre, un groupe de bénévoles du réseau social « Internations », dont je fais également partie, a organisé une activité « football et cuisine » au centre de rétention au Findel. Nous avons fait un appel à des volontaires pour participer le temps d’une après-midi à l'activité soit en cuisinant avec les retenus, soit en participant au match de foot avec eux.



C’était le 4 octobre. Nous sommes arrivés avec la pluie en début d’après-midi, craignant que le match de foot n'ait pas lieu. Finalement nous avons été pris en charge par la sécurité du centre, avec un inventaire de tous les objets que nous avons ramenés, car nous ne devions rien laisser à l'intérieur.

Ensuite nous avons été divisés de sorte qu'il y ait 4 personnes par unité. Il y avait 4 unités occupées, dont une avec un seul retenu et une autre avec une dame et son fils.

Un garde est venu chercher les joueurs de foot à 14h30.
J'étais dans l'unité avec la dame, son fils et 3 autres participants. C'est une famille qui vient du Maroc, arrivée au Luxembourg avec un visa touristique. Ce dernier a expiré avant qu'ils aient pu retourner au Maroc. Apparemment ils ont été dénoncés à la police, qui est venue les chercher chez eux pour les conduire au centre de rétention.

La dame ne parlant ni français ni anglais, l'une des participantes a proposé de communiquer… en dessinant ! Finalement, nous savions le nom des membres de sa famille, les raisons qui l'ont amenée au centre, et la ville de laquelle elle est originaire au Maroc! C'était vraiment génial.

Par après, nous avons fait des crêpes et un gâteau tous ensemble. Un participant qui se trouvait dans l'unité la plus peuplée m’a dit:

« Merci d’avoir rendu cette journée possible, Sandrine. C’était bizarre de jouer au football dans une cage, avec des gardes de sécurité et des caméras, mais le match a été amusant, j’ai beaucoup ri, et beaucoup appris. Il y a eu quelques tensions sur le terrain, mais une fois que nous étions tous dans la cuisine quelques minutes plus tard, tous étaient amis à nouveau. Le gâteau était délicieux, c’était une excellente idée de rassembler les gens autour de quelque chose de sucré.

Demain deux des garçons seront amenés à la frontière allemande et seront libérés. D'autres vont continuer à attendre, jouer aux cartes, regarder les chevaux à travers la fenêtre, regarder le spectacle du monde extérieur à la télé, visiter la salle Internet, la bibliothèque ou le gymnase. Attendre, attendre, ne sachant pas quand ils seront libérés, ou s’ils seront réveillés tôt le matin, mis dans un avion et expulsés.

Les gardes sont bons avec nous, et semblent être correct avec les prisonniers, malgré le logo stupide de l'entreprise mondiale sur leurs uniformes (…). Je me sens en colère et frustré (…) mais aussi heureux des rires et d'amitié de cette après-midi (…).
»

A la fin de la journée, nous avons pris une photo à l'extérieur du centre car les photos sont strictement interdites à l’intérieur…

Nous sommes tous sortis du centre le cœur lourd devant la détresse des personnes retenues, mais aussi avec le sentiment d'avoir passé un moment unique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire