vendredi 21 mars 2014

« J’appelle en Syrie pour m’assurer que ma famille est en vie »

Par Giorgos Kosmopoulos, chargé de campagne sur la Grèce à Amnesty International


Le 20 mars, des militants dans toute l’Europe protestent contre le traitement réservé aux frontières de l’Union européenne à ceux qui fuient la guerre et la pauvreté. L’une des manifestantes, Inaam, est une réfugiée syrienne qui vit en Grèce. Elle s’inquiète pour ses proches restés en Syrie, mais elle a également peur de ce qui risque de leur arriver s’ils parviennent jusqu’aux portes de la « Forteresse Europe ».